Mon propos n’est pas de faire du beau

sur l’horreur innommable,

de faire pousser des fleurs artistiques sur l'abominable.

Il s’agit  de donner témoignage,

de porter la parole des gens du peuple,

de ceux qui ont été obligés  de faire cette guerre,

qui  l'ont subie, et qui en ont payé le prix.

 
   

Correspondance

 d'un fantôme de boue

Lettres et récits d’un poilu du Languedoc

 

 

Fantôme

 

 

 Texte : Fabien Bages

Chansons, musiques : Juliette Pradelle

Création Lumière : Jean Marie Deboffe 

Mise en espace: Patrick Hannais

 

Ce texte a été écrit à partir de 70 lettres de soldats,

et de membres de leurs familles, 

C'est la correspondance simple,

 souvent poignante et magnifique,

d’un homme tout à fait représentatif des soldats de 14-18.

 

Depuis 2014: 80 représentations, 12 000 spectateurs.

 
 
Allons enfants de la Patrie
 
 Allons enfants Fourques
 
Extraits du journal de Juju, 13 ans en 1914
 
Texte: Fabien Bages
Eclairage et projection: Georges Torky 

 

 

Décembre 2017 quatre séances du spectacle 
devant 450 collégiens d’origines très diverses.

 

Ce public réputé difficile,
que l’on dit gavé de sons et d’images,
incapable de se concentrer longuement,
ce public de gamins,
 s’installe  dès les premières phrases d’introduction,
dans une écoute sereine, attentive, profonde,
chaleureusement porteuse.

 

Une écoute étonnante  pour ce texte
qui n’est qu’un simple récit,
sans mise en scène  stripteasante,
sans musiques ébouriffantes
et sans le moindre effet drolatique.

 

Cela dure pendant les 50 minutes du spectacle,
et se renouvelle au cours des quatre représentations,
ce qui donne à l’expérience une valeur certaine...